Djeha et les brochettes

Un jour, Djeha passe devant un marchand de brochettes. Humm! Que cela sent bon! Djeha a faim, mais il n’a pas beaucoup d’argent. Comment faire? Il va acheter un morceau de pain et il revient. Il s’arrête devant le marchand de brochettes.

– « Tu veux acheter des brochettes? » demande le marchand. « Combien en veux-tu ? »
– « Non, non, je ne veux rien acheter« , répond Djeha.
– « Alors va-t’en ! »
– « Attends un peu« , dit Djeha.
Il prend le morceau de pain et le tient au-dessus des brochettes qui cuisent. La fumée monte vers le pain. Le marchand, étonné, demande:
– « Que fais-tu? »
– « Attends un peu » répond Djeha. « Tu vas voir. »
Au bout d’une minute, le morceau de pain est couvert de fumée et de graisse qui sent bon. Djeha alors porte le morceau à sa bouche et le mange.
– « C’est très bon! » dit-il. « Merci et au-revoir. »
– « Mais tu me dois de l’argent » crie le marchand en colère.
– « Je ne te dois rien« , répond Djeha. « Je n’ai pas mangé tes brochettes, j’ai mangé seulement la fumée.« 
– « Allons chez le cadi !« 
– « D’accord! Allons chez le cadi.« 
Ils arrivent chez le cadi et expliquent l’affaire. Le cadi demande au marchand:
– « Combien d’argent lui demandes-tu ?« 
– « Je veux un dinar« , répond le marchant.
– « Donne-moi un dinar« , dit le cadi à Djeha.
Il prend le dinar, le passe sous le nez du marchand, une fois, deux fois, puis il le rend à Djeha.
– « Mais, monsieur le cadi« , dit le marchand, « ce dinar est pour moi. Pourquoi est-ce que vous le lui rendez ?« 
– « Voyons ! » répond le juge. « Djeha a senti l’odeur de tes brochettes, et toi tu as senti l’odeur de son argent. Maintenant personne ne doit rien à personne. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.